j’ai le diable au cœur 
et tu ne danses pas
à chaque battement
je tends la main vers
cette histoire qui file
et je ne veux pas
les trois p’tits tours 
et
puis s’en vont 
pas moi
je suis toujours là
parce qu’on s’est tout dit
j’y ai cru tu sais
alors me voilà
je chante à tue-tête 
est-ce que tu m’entends
je t’aime enfoirée

Photo : Salvador Dali, 1930.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s