six lents ciels se divisent la part belle du soleil
et balaient la journée comme l’hémistiche mon vers
silencieux comme le nuage loin d’être aussi sage
le vent dicte ses pensées rythmiques et osées
pourquoi parler 
quand tout est dit 
dans le poème
jusqu’à la rime déclare pour moi sans l'énoncer
de la chair les assentiments 
du cœur la fleur

Photo : Milton Avery, "Yellow Sky", 1958.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s