c’est une sorte d’escorte la claque qui me réveille 
quand tu m’en mets plein la vie 
tu mènes entre les gouttes
cette envie de te suivre
à n’importe quel prix
dis-moi et la calèche 
dis-moi si elle vole
je te crois sur parole
je suis folle il faut croire
le carrosse raconte-moi le nom du cheval blanc
quel animal galopait
ainsi dans ma nuit
tu ne dis rien bien sûr
la magie du silence
je la sais je connais
et j’écoute les pas
comme d’un roi s’éloigner
dont le règne est passé
je te dirai souvent la beauté cet instant

Photo : Marc Chagall, « La Calèche volante », 1913.

2 réflexions sur “Dodéca si et seulement syllabes #75

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s