cependant que la caresse de l'air 
profite à tous dans la transparence 
d'un temps décuplé en tant d'instants
le scandale de la semelle au vent 
a laissé la sandale sur le carreau
je fais un pas de côté non pas
pour dévier 
bifurquer
éviter
l'affrontement mais pour mieux encore
m'immiscer
retourner
revenir 
dans la valse au moment du troisième temps

Photo : Joan Miro, "Peinture sur fond blanc", 1927.

Une réflexion sur “Le pain, la pomme et les poèmes #87

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s