quel est donc
ce mystère
qui trempe son sucre
dans mon café
dissout son visage
dans mon beau miroir
et entend des voyelles
dans mon silence latent
si mon ombre ne disparaissait pas
à chacune de ses apparitions
je parlerais d'une âme la mienne peut-être qui sait
je crois savoir
que je dois la suivre
pas à pas

Photo : Georges Braque, L'art et la vie, 1950.

3 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #82

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s