déjà la montagne est loin que tu as laissée dans tes pas

son ombre s’est tue qui t’effrayait tant dans l’enfance 

le dessin de ta vallée d’un coup surprend la réalité 

d’un rayon ta peau transparente s’est colorée

un seul m’a suffit pour réciter ton visage

par coeur je l’écris les yeux plantés

sur la page à qui je dicte ton nom

poème je n’écris plus que lui

le temps se cueille à l’arbre

de nos mouvements lents

j’en dévore les mots

fruit attendu

Photo : « La Forêt de Fontainebleau », 1876, Abbott Handerson Thayer 

5 réflexions sur “G. #27

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s