Le semi-marathon de Paris est annulé, la décision est tombée la veille alors même que la plupart des coureurs sont en train de récupérer leur dossard. Le mien m’attend sagement dans ma cuisine, je m’étais faite à l’idée de me lever tôt dimanche, dernier jour de mes vacances, même si je ne me sentais pas suffisamment entraînée. L’année dernière, j’avais passé toute la semaine précédent le semi en Angleterre, dans la région de la Cornouaille, à courir trois miles tous les matins en t-shirt noir et chaussures oranges, face au spectacle chaque matin inédit et fulgurant du vert intense et des arcs-en-ciel aussi sublimes qu’évanescents. Le parcours du semi avait changé et nous faisait désormais partir d’Austerlitz et non plus du château de Vincennes. Et j’avais lutté, contre la douleur des anciennes blessures, puis contre le vent. Je me souviens d’avoir pensé abandonner au quinzième kilomètre parce que je n’avançais plus, j’avais plutôt l’impression de m’essouffler à pédaler dans le vide comme un hamster dans sa roue. Puis la descente vers Paris à partir du 17ème kilomètre m’avait ramenée à la raison et j’avais bouclé le parcours.

Pas de semi demain. Plus d’enjeu. Je me suis économisée pour rien. Que je crois, mais c’est faux. J’ai surtout profité de cette semaine de repos pour nager davantage et rouler un peu sur ce nouveau vélo, que je commence tout juste à prendre en mains, à prendre en pédales devrais-je dire. Jusqu’ici j’appréhendais le moment où il me faudrait m’élancer dans les rues, les chaussures clipsées aux pédales, d’abord un pied puis l’autre en regardant plus que jamais loin du guidon à l’affût du moindre stop ou obstacle qui m’obligerait à dégager mon pied de la pédale en pivotant légèrement vers l’extérieur. Je commence dans une impasse puis je prolonge par une voie qui débouche elle-même sur une rue, je me retrouve sur la départementale que je connais par cœur, me voici visée à la selle en apnée, le cœur battant parce qu’on m’a prévenue que la chute était inévitable au début. Mais je ne chute pas, pas encore. Peut-être n’en suis-je pas encore au début, les ennuis viendront avec la vitesse et le temps.

Privilège de vacancière, je suis arrivée la première aux heures d’ouverture de la piscine des Amiraux le midi et j’ai pu m’élancer seule dans une ligne d’eau parfaitement calme avant que d’autres nageurs ne me rejoignent. Un premier aller pour moi toute seule, en m’étirant sur toute ma longueur et en prenant le temps de l’échauffer, et toujours personne dans ma ligne sur le retour. Le luxe absolu. Un frisson de joie parcours tout mon corps lorsque mon bras va chercher loin devant pour me tracter en m’appuyant sur l’eau, je jubile en soufflant de toutes mes forces dans l’eau. Les autres nageurs peuvent à présent me rejoindre un par un, la séance m’appartient. J’alterne deux cent mètres de crawl et cent mètres de brasse coulée pour trouver la sensation de glisse qui me manque encore et je nage aussi longtemps que la présence des nageurs à présent en nombre me le permet.

Plus de semi. 44000 autres coureurs pénalisés comme moi. Certains se retrouveront pour courir la distance en groupe, d’autres en profiteront pour renouer avec les sorties en solitaire. Comme moi.