pourquoi chercher à se vider la tête 
alors qu'elle demande à être remplie
de parterres de fleurs
vierges et colorés
et de cris d'oiseaux
sans arrière pensée
pourquoi vouloir contraindre la durée 
là où chaque instant tend vers l'infini
pour prendre le temps
et le perdre aussi
trouver dans tes bras
presque toi en moi
comment remplir mon cœur de cette ardeur
quand chaque heure chaque seconde est décomptée
sinon en dansant
là dans les parterres
en criant très fort
comme sur un nuage

Photo : David Hockney, "The Arrival of Spring in Woldgate, East Yorkshire", 2011. 

10 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #145

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s