mes veines sont noires et gonflées 
pas en vain
elles drainent l’oxygène dont tu as besoin
mon sang tourne en boucle sur le même refrain
que n’ai-je plusieurs vies pour vivre tout

ma peau fouettée par le vent se détend 
quel étrange été cet étonnement 
aux mots tu insuffles
un sens incertain
que n’ai-je cet instinct de savoir tout

un génie viendrait me trouver
trois voeux
te faire rire le soir
jouir toute la nuit
te faire surtout rêver toute la vie
que n’ai-je un génie sous la main ici 

12 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #115

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s