Je décide d’aller à Molitor un dimanche midi, chose que j’ai toujours voulu éviter, et pour cause. Les vestiaires sont envahis non pas de méduses mais de pingouins, des femmes en peignoirs qui font presque la queue pour utiliser les cabines, elles semblent toutes se connaitre par corps, sans doute le groupe du cours de fitness-abdodado-ventriculite, je me change direct devant elles. Dans le bassin, je choisis une ligne déjà occupée par un nageur en crawl, deux types arrivent avec leur planche et pataugent comment des gamins en bavassant, ici aussi je me faufile direct. Les deux crétins occupent toujours la ligne avec leur planche qui les empêchent de couler, heureusement la méduse dont je découvre la couleur rose de jour me donne du baume au cœur, je slalome comme je peux sur un peu plus d’un kilomètre, sans parvenir à me réchauffer, retour au vestiaire, j’aurais couru 43km cette semaine et nagé 5km, je ferai mieux dès demain, ou pas, pourvu que je croise encore cette méduse qui met du rose dans la grisaille passagère de janvier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s