dériver les yeux rivés sur la dernière miette du soleil dévoré par l’horizon dans l’obscurité balbutiante tous sens en éveil trembler des yeux

les lèvres écarquillées chercher le souffle nouveau dans le grand large de l’esprit trouver une plage de sens où débarquer 

et marcher les jambes vides l’âme avide dans le grand partage sonder les battements de ce cœur à l’approche

pas à pas ouvrir les bras

Photo : Francis Bacon aux côtés de L’Homme qui marche d’Alberto Giacometti.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s