Au grand jour tuer ce qui subsiste et substituer ce qui tue

la vague déporte les flux mais n’emporte pas la conscience

nous migrons tous, à quoi bon fuir ce qui s’accroche au ventre

faire diversion le temps de retenir, l’illusion d’un sourire, une libellule.

Une réflexion sur “Gedicht #20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s