ce matin a la blancheur d’une splendide colombe
et le calme olympien des dieux qui veillent 
sur nous
les eaux se seraient retirées avec la nuit
et la terre tremble de son vivant 
moi aussi
l’ombre du doute s’est effacée
en te lisant
quand la lumière du désir
frémit je t’écris
l’espérance se répand
la vie fait bien les choses
je laisse l’oiseau voler il sait où te trouver

Photo : Georges Braque, Vitrail dans la Chapelle Saint Bernard de la Fondation Maeght, 1962.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s