dans ton jardin 
j’arriverai
par le tumulte du vent amenée
dans les rugissements de l’océan
depuis les sentiers caillouteux du jour
à travers la petite porte cachée 
sur le tapis de mon imaginaire
entre les deux peupliers de l'allée
quel que soit le chemin je trouverai
et dans ta nuit
je fleurirai
pour au matin
être cueillie

Photo : la baie de Tinos, le matin.

3 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #103

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s