Schier tragisch, wie ich immer wieder an dich denken soll, wenn der Morgen graut und das Auge noch schlaffend fragt.

Fange ich dich, so dichtest du faul,

Lauerst du nicht, so bleib ich schauerlich treu, ja reif für deinen gierigen Biss.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s