il y a beaucoup à faire pour rester en vie
prendre possession d’elle 
la vie
jusqu’à l’obsession
s’atteler à l’attelage des nuages aussi
pour ne pas qu’ils filent dans la mauvaise direction
sous prétexte que tu as la tête ailleurs
oui toi
œuvrer pour vivre dans tes yeux encore un jour
prendre le temps de le perdre s’occuper
de soi
quelle que soit la saison t’amener le printemps
du soleil au réveil la chaleur sur ta peau
et des frissons à chacun de tes mots
encore

Photo : Marc Chagall, "Le Dimanche", 1954.

4 réflexions sur “Poèmes au basilic et à l’oreiller #31

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s