les premières phrases de la saison 

ont mûri 

on les cueille 

en coupant la rime 

juste avant la tourne

pour que d’autres rimes 

fleurissent aussi

éphémères

mes yeux

se posent sur une pétale

j’épie le grand déploiement du printemps

aucun regard n’a encore alourdi les ailes du papillon

Photo : Vincent Van Gogh, « Papillon de nuit à tête de mort », 1889.

3 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s