les nuages gris ont la dent longue qui ont mis la main sur le village
ils assiègent les humeurs moroses aucune messe ne résiste au tourment
les cloches ont beau sonner pour tous le vent a déjà semé le doute
il s’est infiltré plus fidèle que le plus bigot des villageois 
va valdinguer dans les ruelles comme à la recherche d’un courant
une âme sœur qui lui rendrait vie ce souffle vital
la liberté 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s