l’automne est en avance sur ses érables 
l’acide du vert pomme se lit 
dans tes yeux
sur tes lèvres 
chante le rouge éclatant 
pourtant aucun fruit pas un seul oiseau
ni même un livre ouvert sur tes pensées
annonçant la jeune saison
qui se rêve 
la première
si fière dans sa robe de bal
sans savoir qu’à l’équinoxe déjà
le soleil se laissera désirer 
il me voit faire les cent pas
dans la salle
les miroirs
savent que j’attends ton reflet
et le vent retient l’écho de ma voix

Photo : Tom Thomson, "Maple saplings", 1916-17.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s