soleil d’hiver 
tu danses te laissant caresser 
dans le creux de ma main j’ai faim de ce qui fut 
trop longtemps défendu 
fruit aux tentantes fentes
le sang qui frappe aux tempes annonce ton accession
à maturité les myrtilles se tortillent 
de timidité mais
ce n’est rien comparé
au pourpre et ta robe quand tout deux tombent à terre
sans un bruit le désir parle ainsi en silence
quand furieuse la fanfare
dans mon cœur vocifère
d’un doigt levé tu la fais taire et s’accorder
à l’atmosphère au feutré dans ta voix j’entends
la joie l’excitation
quand elles sont contenues
c’est comme de te faire ma demande en noir et blanc
et ma vie défile les yeux rivés sur tes lèvres 
la promesse de l’été
tu viens de l’inventer
 
Photo : Helmut Newton, « Serge et Jane », 1978.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s