je sollicite ici le velours de la nuit 
puisqu’il pèse si tôt le matin sur tes paupières 
puisse-t-il ouvrir 
le rideau de tes yeux de fauve
sur une saison encore jamais jouée jouissive
tous les matins 
réveil festif
café sourire
vivre à souhait
viens on refait notre entrée sur scène toi d’abord
puisqu’on y est réinventons code et décor
lumière cuivrée 
le soleil sommeille dans les loges
pas de script ni mise en scène rien que le silence
je m’approche et
ton regard feu
donne le la d’un 
jeu amoureux
puisqu’on prendrait certaines saisons plus au sérieux
fais-moi donc réciter les répliques de l’hiver
et tu sauras
comment je te connais par cœur
on rit aux larmes sous les ovations du public

Photo : Alexandra Exter, "Composition théâtrale", 1925.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s