au bord du canal de la canicule

les images traversent s’emballent et me déballent

des envies dans le sens de la voile

le mât fièrement hissé

regard sur l’horizon

si tu voyais ce que j’y vois

je n’en finis même pas ma phrase

et regarde à nouveau vers l’horizon

plus ouvert que jamais

dis-lui que tu l’aimes

fais-en un poème

Photo : Pablo Picasso, « Sur la plage », 1961.

4 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #75

  1. la potentille patiente

    à la pierre levée

    des choses mesurables.
    la pieuvre de l’été

    est harassée de tâches comptables

    ah ce goût de l’ordonnance

    et ma place contestable

    et contestée

    entre fêlure légère et fièvre immense

    rougies à la chaux vive de la chaleur

    et du silence

    le matin tremble de sueurs perlées

    la vipère se déplie doucement sur la dalle blanche

    j’accompagne mon corps en retard vers un jour en avance

    un oiseau boit sa vie dans ma tasse de sable

    en cadence

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s