de ce creux de la main désiré maintes fois
je retiens la ligne de vie
une voie tracée en arc-en-ciel
pour nuancer rimes et marées
je ne scellerai aucun pont d’un cadenas
ni n’abîme l’arbre au couteau
sur le sable je trace son prénom
dont l’écume lèchera chaque lettre
je me fais plus petite qu’un atome
pour tenir
dans cette main aussi grande que la terre toute entière

Photo : Jean-Michel Basquiat, « Obnoxious Liberals », 1982.

4 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #74

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s