à deux roues dévaler 

la rue les repères 

comme pour mieux décoller 

tout au bout de la piste 

en deux coups de pédale

décrocher la lune

en suivant à la trace

son reflet sur le fleuve

plonger à sa rencontre

remonter à deux 

et debout s’écrier

je suis vivante vivante

Photo : parcours vélo du triathlon de Paris.

7 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #44

  1. Ce n’est pas à l’âme sous scellés que l’on devine l’étoile qui exulte

    et il faut louer longtemps le vent bref sur la peau aisée

    Reprendre adulte l’œuvre entamée depuis l’enfance

    Passer les étendues de l’amoureuse promesse et comme un pari fou

    lancer le sang hésitant vers la circonstance

    pour ne pas vivre comme un esthète revenu de tout

    que le passé en vitrine renverse

    vivante!

    Aimé par 5 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s