sur ton épaule qu’il m’empêche d’approcher 
souffle une rage qu’il peine à maitriser
tu sais le vent n’a jamais existé
c’est moi qui hurle
je crie
tu n’entends rien
à quoi sert la beauté dans le poème 
sinon tout détruire et recommencer 
comme la vague balaie le château de sable
pour inspirer plus grand le lendemain
tout n’a pas sa place non
je ne vois pas 
pourquoi ce vide en moi si tout est plein
on ne devrait écrire que sur l’absence 
ainsi
un jour 
tout ça
aurait un sens 

Une réflexion sur “Le pain, la pomme et les poèmes #118

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s