Je repars pour un nouveau cycle de triple effort avec un premier aller-retour sur 20km pour aller nager 3000m cette fois-ci dont les 300 derniers mètres en sprint, je ne veux plus sortir de l’eau. Enfin, une boucle de 7km, gants et bonnet bien enfoncés, avec cinq accélérations de 400m au stade dont je profite enfin seule en ce vendredi matin, j’ai la piste rien que pour moi et j’en profite jusqu’à ce que ce qui était mon public dans les tribunes descende s’échauffer à son tour. Elle m’a laissé un thermos entier de thé citron et gingembre dont une racine fraîche entière râpée dedans, c’est une potion magique aussi revigorante qu’un vin chaud en plein marché de Noël, et je ne cède pas à la tentation de chercher dans mes placards les deux paquets de bonbons Haribo que nous avons entamés et qu’elle a pris soin de planquer quelque part, à mon insu. Nous avions prévu d’aller voir le film « Tove » programmé au festival Chéries Chéris, déjà à l’affiche du festival Cineffable, auquel je n’ai pour la première fois depuis des années pas assisté ce mois-ci parce que je garde la nostalgie de cette semaine de folie vécue avant au Trianon parce que les films sont dispatchés cette année, j’aimais moi me retrouver dans un même havre. Toute la chorale me parle de « Tove », j’en lis le synopsis, Helsinki 1945, l’histoire d’une écrivaine et illustratrice, Tove Jansson, créatrice de personnages aussi connus que nos Chadoks, les Mimouns, dont je reconnais la physionomie lorsque ma coureuse m’envoie une vignette. Finalement, la séance est remplacée ce mercredi à 16h30 par « Les Battantes », un film isréalien qui ne nous conquit ni l’une ni l’autre, mais enfin depuis que nous épluchons la filmographie de Catherine Corsini en allant d’étonnement en déception parce que « Partir » nous laisse sur une note bien moins légère que « La Fracture », et que « Mariées mais pas trop » est un bide ; depuis donc que nous sommes sur cette réserve, nous gérons nos déceptions filmographiques. Et nous nous retrouvons parfaitement dans la détermination de nos choix, nous irons voir « Tove » et non je n’irai pas seule parce que la séance n’a d’intérêt que si je la partage avec elle, et ça tombe bien puisque le film sera projeté en clôture du festival, et donc de mes vacances.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s