quand l’exode aura sonné tout à l’heure
je partirai en masse dans ce lointain 
où tu me préfères 
et j’emporterai
ma part de rêve au soleil malgré tout
le roulement des galets dans la vague
et tous ces cailloux qui m’ont inspirée
le cahier d’écriture qui a roulé
par tous les sentiers qui pouvaient mener
à un virage
une plongée
au silence
qui aura fait fuir nuages et rumeurs
et ton visage
je l’emporte en premier
partout où j’irai
il sera chez moi

3 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #111

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s