plonger sans songer que la note est haute
grave et aiguë inversés
beaux ébats
à bout de bras
sauter sans précipice
comme dans un rêve sans fin et la note sort
sonore
car elle n’a pas eu peur d’elle-même
se laisse glisser grisée par le génie
de l’eau sans fond
surface dessus dessous
et ceux qui étaient prêts à applaudir
devant ce plongeon
enfin
font silence

Photo : Robert Doisneau, « Le plongeur du pont d’Iéna », 1945.

2 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #45

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s