et si c'était le dernier soleil 
oui le notre
celui sous lequel nous serions nous 
pour de vrai
nos mots sublimés deviendraient-ils la lumière
et le verbe un instant dans tes bras
contre toi
pour danser avec le vent rien que lui nous deux 
qu'en dis-tu
je t'emmène avec moi 
accroche-toi

Photo : Joan Miro, "Peinture", 1933.

2 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #125

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s