Paris un lundi 15 août. S’il y a bien un jour et un seul pour rouler à Paris c’est celui-ci, qui plus-est il n’y a absolument rien d’autre à faire dans la capitale, c’est morte plaine aux quatre coins. Je pars peu après 9h30 pour Molitor en faisant un crochet par la direction opposée pour rendre des lunettes oubliées sur l’île par ma nièce, sacré détour puisque j’arrive après 25km au lieu des 10km habituels, je pars pour Bastille pour profiter de la piétonisation du canal Saint-Martin. Pour tracer, je trace. C’est presque inquiétant de voir si peu de monde aujourd’hui sur les quais. Hier la pluie a précédé un gros orage en fin de journée, enfin la fraîcheur est de retour et rien n’est plus agréable en roulant, j’arrive pile à 10h à Nation et repars aussitôt pour récupérer les quais de Seine, le bon côté cette fois-ci, au niveau du Pont d’Austerlitz et comme je m’y attendais je croise le petit groupe des Front Runners en pleine sortie de jour férié sur les quais. Je retrouve le tunnel des Tuileries et l’effet du Street Art qui défile à vélo est plus impressionnant encore qu’en courant, je roule en plein clip avec tout un tas de musiques en tête. Contrairement à samedi, je ne remonte pas vers le Nord mais poursuis ma traversée de Paris vers l’Ouest sur cette piste cyclable qui offre la plus belle vue de la Tour Eiffel, majestueuse, j’ai l’impression d’être seule aujourd’hui pour l’admirer alors je le fais pour toute la foule en moi avant de poursuivre vers la piscine Molitor, deux vélos sont garés devant, je n’y crois pas. Molitor un lundi 15 août, le bassin d’hiver fait sa vidange annuelle, je l’avais pourtant bien lu. A moi les joies du bassin d’été parmi les pataugeurs, je me faufile parmi les gens debout dans l’eau jusqu’à ce qui n’est pas une ligne mais que j’initie comme tel en m’accaparant le lieu, plus personne ne vient s’accrocher à la corde à moins de recevoir un coup, pardon mais je nage. Je nage tant est si bien même – ah ce bassin d’été où j’ai passé tout l’hiver seule à l’extérieur -, qu’en regardant ma montre une première fois il s’est déjà passé 2000m crawl et brasse alternés. Un cours d’aqua-bidule sévit au niveau des marches du bassin d’été, musique à fond, ambiance. Je reprends le vélo en direction de l’hippodrome de Longchamp pour le trajet retour sur 15km, soit un total de 40km sans que la pluie ne tombe ni la circulation ne reprenne, à moi la liberté.

Photo : Fabrice Hyber, 2021 (exposé actuellement à la Fondation Cartier, Paris).

3 réflexions sur “Vichy #12

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s