et lorsque j’aurais oublié jusqu’à ta voix
cette petite mélodie du cœur me reviendra
comme un ciel étoilé 
en plein jour extirpé
à la nuit des affaires communes du quotidien
je garderai pour moi le privilège immense
surprise inépuisable de ce plaisir pur
d’avoir échangé nos rimes la poitrine gonflée 
d’orgueil et de pudeur 
la joie au bord des larmes
je m’en vais par les sentiers cueillir tous les signes
semés dans mon rêve par le vent et la marée 
toutes ces infimes interstices dans le réel 
qu’aura laissé fiévreuse 
ton âme sur mon île 

Photo : Tripotamos.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s