combien de consonnes pour me raisonner
j’ai vécu le bel envol des voyelles
et me sens ce soir par elles délaissée
tombées les étoiles dans leur beau reflet
la nuit a toute la lune pour me pêcher
son croissant aura beau croitre
je sais
qu’il n’aura pas les bras pour me serrer
car j’ai le coeur lourd
plus lourd que l’enclume
qui sombre bleu noir soir
inconsolable
vers d’autres cieux juste un peu moins précieux

5 réflexions sur “Le pain, le pomme et les poèmes #107

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s