tes poèmes tôt le matin c'est la vie en prose 
elle s'installe au balcon et se met à chanter
la rue se dessine en allée
la ville en parc
et tu débarques
pas moins d'une baguette à la main
pour finir d'étirer le ciel défaire les plis
des derniers songes inavoués restés cachés
ils iront troubler bien d'autres âmes tourmentées
je garde mes rêves comme de vraies révélations
pour remontrer l'allée me poser dans le parc
d'une vie nouvelle inventée par toi au réveil

Photo : Gustav Klimt, "Allee du Parc Schloss Kammer", 1912.

2 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #141

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s