et si le temps d’une foulée avec l’azur 
en point de mire à l’horizon 
j’en profitais
pour franchir du réel la ligne d’arrivée
quel revers la médaille du rêve 
offrirait-elle
un lever de lune au réveil de mon poème
et le souvenir d’une étoile
en filigrane
qui hanterait ma journée comme si je dormais
sous vouloir réveiller l’oiseau
aux ailes blessées
il s’envolera trop vite une fois réparé
jouir là-bas de sa liberté
ici brimée
je découpe un coin de ciel bleu dans ma fenêtre
pour envelopper mon souhait
et le poster

Photo : Jean Cocteau par Lucien Clergue, 1959.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s