pour me porter bonheur j’enlève sur le chemin 
tous les cailloux 
et de mes pieds 
les lourds souliers 
je m’abandonne à la légèreté de l’air 
et me fais coccinelle
le temps d’une émergence
j’attire à moi le premier rayon de soleil
et m’enivre de la dernière goutte de rosée
quelque chose vient de m’apparaître à la surface
comme une inspiration
portée par elle je suis
une lumière sur ma table la chance qui me sourit

Photo : Joan Miro, « Coccinelles », 1960.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s