les fonds marins offrent la forme du temps différé celui qui ne se soucie
ni des courants ni de la vaguelette
qui voudrait garder la tête de la course à la plage comme toi
tu t’entêtes à faire son portrait parfait
jour après jour trait pour trait tu lui cours après l’écriture
se laisse dériver comme le coquillage
on ira voir la mer écouter le rythme du retour
éternel de l’amour main dans la main
et quand tu ouvriras la tienne les mots t’émerveilleront

Photo : Pablo Picasso, « Figure et profil », 1928.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s