le sommeil a fondu sur moi

comme le chocolat sur la glace

étreignant fatigue et souffrance

j’ai tout revu 

au ralenti

tout ressenti 

depuis la nuit

comme si elle me parlait d’une autre

à qui elle inspire tous ces rêves

je les réalise comme les miens

le jour efface son souvenir

le soleil a fondu sur moi

comme la glace vanille dans ma main

m’enveloppant de toute sa force

il me fait croire

que l’énergie

d’aller au bout

viendrait de lui

comme s’il me racontait l’olympe

joie et jalousie des dieux grecs

je peins au soleil un sourire

comme l’enfant qui dit pour de faux

Photo : Keith Haring, « Radiant Baby », 1982.

5 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #43

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s