démons et diables se balançaient au-dessus 
des immeubles que sont nos vies 
aucune façade
ne trahit les portes qui claquent 
ni le silence
qui occupe ces habitations plus que la vie
eux non plus depuis là-haut ne me diront rien
de ce qu’il peut se passer
derrière ta fenêtre
et j’ai beau tendre l’oreille 
jusqu’à l’infini
j’entends seulement battre mon cœur d’exilée
en train de balancer
au-dessus de ton vide

Photo : Giotto, « L’expulsion des démons d’Arezzo », détail d’une fresque de la chapelle supérieure de la Basilique Saint-François à Assise, 1295-1300. (Ultra contemporain, non ?)
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s