l’automne est ma limite l’infini ma forêt
dépeuplée d’un seul arbre je reste isolée
à la lisière du manque je te traverserai
comme on affronte une vague 
cherchant la précision
entre plage et rocher
ou un simple abandon
m’accrochant à l’orage
j’essuie la lame de fond
fixant sur un détail très loin à l’horizon
j’en oublie le soleil sur ma peau dénudée
à la surface d’un doigt j’écris encore ton nom

Photo : Emil Nolde, "Soir d'automne", 1924.

2 réflexions sur “Poèmes au basilic et à l’oreiller #29

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s