Troisième jour de reprise de la course à pied, réfléchir avec son estomac, quand c’est lui qui dicte les humeurs, les accès de rage, l’impatience et la docilité l’instant d’après, l’appétit de vie. Je retourne au stade sur le trajet duquel je me suis blessée, c’était un début de semaine et nous sommes samedi, il ne peut évidemment rien m’arriver de grave, c’est mon estomac qui le dit, mon corps semble l’écouter beaucoup plus que ma tête, je cours un kilomètre de plus que prévu. Rien de tel pour fêter ce renouveau printanier qu’un karaoké, moi non plus je n’aime pas les karaokés, sauf lorsque c’est notre cheffe de chœur qui le propose à toute la chorale, elle est fan, connaissez-vous une cheffe de chœur, propre sur elle et professeure, qui aime le karaoké ? Non, Albane est un spécimen et je vous le donne en mille, elle choisit de chanter L’Assassymphonie, ce titre inaudible tant c’est crié, et justement elle s’en donne à cœur joie, entraînant tout le bar. Elle aurait pu choisir Le Papillon et la Fleur, mis en musique par Fauré, ou bien La Barcarolle. Les titres s’enchaînent, nos fous-rires aussi, toujours cette envie de danser, mon estomac le dit, je me mets à chanter sur tous les titres comme si c’était mon tour, je fais les chœurs, la voix alto qui rythme ou encore ma Dalida, arrive les Rita Mitsouko et je hurle pour qu’Andy me dise oui.

2 réflexions sur “Nadège Night and Day #63

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s