je mitraille les vitraux de questions à propos 
de la sacro-sainte transparence à ton sujet
et poursuis mon pèlerinage parmi la neige
où j’enfonce ma foi à chaque pas dépassée
par le chemin de chutes
la lumière me relève
la tienne tombe dans l’oubli celle du jour me surprend
elle m’attend me détend et me prend par la main
elle crée même une première
pour m’offrir une histoire
comme s’il n’y avait pas eu de matin avant
elle et moi
le regard loin devant
je poursuis 
l’avalanche avale ce qu’il y avait derrière

Photo : Marc Chagall, Vitraux à l’Art Institute de Chicago, 1976.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s