Réveil à 7h du matin, pour un dimanche doublé d’un premier jour de vacances, c’est abusé. Mais je ne veux pas manquer cette occasion d’honorer une première sortie longue en six semaines de préparation marathon, je m’étire et me félicite de sentir ma ferme détermination. Le rendez-vous est donné au pont Neuf à 10h pour une séance de deux heures environ. Le vent souffle déjà lorsque j’arrive, quelques coureurs sont déjà présents, on grelotte ensemble. Nous partons en direction du jardin des Plantes par les quais pour un footing de 35mn, je n’ai pas couru la veille, ni nagé et encore moins roulé. Je récupère mon vélo dans l’après-midi, un nouveau vélo que j’ai décidé d’adopter sans être certaine d’avoir fait le bon choix, on verra. Nous faisons demi-tour au coup de sifflet pour revenir pont des Arts et poursuivre jusqu’au jardin des Tuileries pour une première série d’accélérations sur 20mn, je n’aime pas ce jardin. J’accélère à peine, voire pas du tout. Pourquoi m’entêter à vouloir faire cinq sortie course à pied alors que le magazine Triathlon que j’ai reçu avec les conseils de préparation pour un premier format L indique une séance seulement, avec 2km de natation et deux heures de vélo. Les sensations ne sont pas bonnes, je suis endolorie, je me promets de réduire les sorties sur les semaines à venir, courir moins pour courir mieux et assurer un semi avec de meilleurs sensations sans avoir l’impression de me traîner en risquant, encore une fois, de me blesser. Nous poursuivons vers le Champ de Mars à travers les pavés mal agencés des quais, que la Seine a inondé en débordant cette nuit, le spectacle est assez fascinant, courir ici me plaît. La photo de groupe se fait devant la Tour Eiffel, je suis fière d’être dessus, d’avoir suivi les autres, ce groupe dont j’ai besoin pour me motiver à dépasser ma fatigue et mes douleurs. Nous partons pour une nouvelle série d’accélérations sur 20mn, je n’aime pas plus cet endroit pour courir, les cars de touristes s’enchaînent, ainsi que les photos devant la dame de fer. J’ai l’idée d’abandonner ici la sortie mais je choisi de décélérer encore un peu pour continuer. Nous finissons par repartir vers le pont Neuf, où nous atteignons la distance d’un semi-marathon à ma grande satisfaction, je ne m’en serais jamais sentie capable en sortant seule. Les sensations étaient plus agréables sur la fin du parcours qu’au début où mon corps est réticent à faire l’effort de solliciter les zones en souffrance, mais j’ai ma sortie longue, enfin. Faire du jus pendant une semaine, nager un peu et surtout rouler, m’adapter aux pédales automatiques et à la position aéro de ce nouveau vélo de compétition qui me paraît si parfait. Prendre le temps d’écouter mes besoins, apprendre à entendre les siens, composer avec l’idée d’un nous qui serait le meilleur de chacune de nous deux mis en commun pour avancer mieux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s