quelle est cette lumière délirante comme une présence en haut tout en haut du vieux village

quel est cet éclair de joie plus intense comme un secret au moment de décliner

quelle est cette étoile caressante et insistante sur ma joue à l’heure du coucher

quel est ce regard sur moi, captif et complice, qui m’embarque dans ta nuit ?

Une réflexion sur “Gedicht #41

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s