Course pour la Journée de la visibilité lesbienne et marche pour une PMA pour tout.e.s. Rendez-vous à 10h place Colette, dont je pensais jusqu’alors qu’elle s’appelait place de la Comédie française, puis rendez-vous place Châtelet parmi des milliers, je la vois elle. Place Colette donc, l’occasion d’en savoir un peu plus sur les amantes de la romancière qui assume ouvertement sa bisexualité, notamment lors d’un baiser public avec la Marquise de Balbeuf en 1906 au Moulin Rouge, la créatrice des Claudine fait scandale. Nous partons à la découverte du 34 rue Guynemer, un appartement en face du Luxembourg où vécu Françoise Sagan dans les années 70’, elle y organisa de somptueuses soirées et posait une boîte remplie d’argent au milieu de la pièce pour que ses amis les plus démunis se servent. L’écrivaine resta fidèle à la créatrice Peggy Roche. Toujours dans le 6e, nous découvrons Sylvia Beach, traductrice et éditrice américaine, libraire et fondatrice de Shakespeare & Company, elle publiera en 1922 Ulysses de James Joyce et s’installe au 18 rue de l’Odéon où habite Adrienne Monnier, qui tient la boutique « La Maison des amis des livres ». Au moment où notre groupe de coureur.e.s arrive devant la plaque commémorative, une petite dame âgée débarque avec sa baguette de pain et nous livre plusieurs anecdotes concernant l’éditrice et sa librairie, nous jubilons comme si cette dernière ou son amante venait de nous apparaître pour de vrai. Arrivée un peu après 14h place Châtelet, la foule est déjà imposante et l’ambiance énorme, je n’ai pas participé à une marche depuis une éternité, et pour cause, le soleil est ardent et la chaleur nous électrise tout.e.s, j’ai déjà envie de danser quand je la vois. Pour la cause de la visibilité lesbienne je ne ménage pas mes efforts, je me sens investie, je l’embrasse dès que je le peux, je lui prends la main, je la prends par le bras, la taille. J’ai l’impression de revenir des vies entières en arrière, au moment où tout était encore possible, et pourtant nous en sommes encore là à manifester en France pour réclamer que le projet de loi sur la procréation médicalement assisté soit étendue à toutes les femmes. Après avoir été rejeté par les sénateurs, le projet de loi bioéthique a été réécrit. La voix de milliers de lesbiennes s’élève cet après-midi boulevard Sébastopol en chants, pancartes et slogans, parmi lesquels je note « Manif pour touffes » ou encore « Mieux vaut avoir une paire de mères qu’un père de merde », je croise quelques choristes alors que les autres sont en répétition, les coureuses de ce matin sont là aussi en nombre, je marche près d’elle avec son groupe d’amies parmi lesquelles Elsa, je suis à ma place. J’ai déjà l’impression d’être en vacances depuis trois semaines quand je me réveille lundi matin avant 7h pour la rejoindre chez elle en passant par les Buttes Chaumont où je la retrouve, souriante, je manque de sommeil, le froid est assez vif, je la suis, heureuse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s