pas un cri 

une mélodie 

qui vient d’un ailleurs 

où je suis parfois 

depuis toi

quand je suis ici

et que je ne connaîtrais que par coeur

que je ne connais

pour ainsi dire pas

elle ne demande pas à être chantée

elle s’écoute danser

pour elle-même 

comme on rit pour soi 

de bonheur 

si je la fredonnais la mélodie

je ne pourrais plus te sourire

alors je la laisse battre 

dans mon coeur

Photo : Joan Miro, « Le miroir de l’homme par les bêtes »‘, 1972.

11 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #62

      1. it is the truth. i despise those professional bicyclists in their black tight pants and their loud voices. i scream at them shut your fucking pie holes , people are still in bed asleep. course i m not one of them cos i m an old paper buoy.

        Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s