je n’ai pas l’amour mesuré d’une âme sensée
j’ère
et me transpercent les histoires de l’univers
aucune
n’est pareille à celle dictée par ma plume
et pourtant
si je les enfile autour du temps
elles serrent très fort
comme la laisse qui retient l’effort
d’aller jusqu’au bout
quitte à finir un peu fou
après le point final
à la ligne je déballe
il me restera de toi
cette photo pour moi
elle aura fait un tel effet
je te vois nue
encore aujourd’hui c’est un fait
cette attente
et la boule de feu toujours au ventre
ton rire
hier éternel demain déjà souvenir
si
seulement j’avais mesuré l’insensée
présence de ton absence je me sens endiablée

Photo : Alexander Calder, « Carretta », 1955.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s