le ciel escorte les étoiles après la pluie
alors que le courant ne peut les emporter
tout le monde sort près du canal pour les pécher
j’emporte chez moi le souvenir de l’une d’elles
qui flottait comme la pensée depuis un moment
sans poser ni parler elle récitait pour elle
le poème que la nuit lui avait inspiré 

Photo : Pablo Picasso devant « Femme à l’artichaut », 1944.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s