l’arbre ouvert au-dessus de la mer

c’est ton espace tu vois j’en ai rêvé

ses branches agitées par le vent t’éloignent

de la forêt par ce sentier tracé

à même la peau de ma nuit effleurée

par des songes que ta main a rattrapés

éveil des sens panne de réveil j’arrive

sens dessus dessous ta nudité est

étoilée ciel intense dans mon envol

2 réflexions sur “Gedicht #36

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s