rien ne sert de courir 
il faut partir à chaud 
dans l’instant où arrive 
ce qui tant désiré
n’arrive pas par hasard 
ne pouvait 
qu’arriver
alors il faut partir
sans attendre d’entendre
la raison qui ne fait 
que marcher 
elle fonctionne
sans rien précipiter 
au contraire elle s’adonne
à tout anticiper 
le pire pour commencer
et pendant tout ce temps 
le petit lapin blanc
aura vite détalé 
ses aiguilles à ses trousses
tu n’auras alors qu’à 
tout reprocher à l’autre
toi et moi 
on aurait 
fait le couple du siècle
dès le premier instant 
au battement de ton cœur
envoie les papillons 
crée ton propre printemps
dans l’heure soyons heureux 
la seconde est féconde
reste plus qu’à courir 
tant qu’à faire le bon lièvre

Photo : Andy Warhol, « Playboy », 1986.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s