les cigales chantent ici aussi
listen
elles n’enlèvent rien au vent
ne lui retirent aucun vêtement
vois-tu
et si dans ma tête ça tempête
c’est que j’ai des airs plein les cheveux
ça tourne en boucle 
frise au soleil avec indécence
que dis-tu
on frôle la licence poétique 

3 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #98

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s